Moyens de paiement internationaux, délais et prise de garantie

Moyens de paiement, délais et prise de garantie sur les opérations commerciales internationales

Paiements internationaux : quelle forme choisir ? L’un des principaux problèmes auxquels les opérateurs économiques sont confrontés dans le processus de vente sur les marchés étrangers et internationaux est certainement l’identification et le choix du moyen de paiement à utiliser.

L’acheteur et le vendeur tenteront tous deux de « tirer l’eau jusqu’à leur moulin » en essayant de cocher les conditions et les clauses qu’ils jugent les plus commodes : le vendeur veut avoir la certitude que le recouvrement sera effectué, tandis que le payeur agit généralement de manière à reporter les paiements autant que possible.

C’est donc à partir de ce « tir à la corde » que le choix final de la forme de paiement sera effectué.
En général, il convient toutefois de noter que divers éléments influencent directement ce choix et parmi ceux-ci nous mentionnons

  • le risque pays ou les conditions économico-politiques qui existent dans le pays de la contrepartie ;
  • le fonctionnement du système juridique dans le pays de la contrepartie ;
  • la situation du système bancaire dans le pays de la contrepartie ;
  • le risque commercial (insolvabilité de la contrepartie) ;
  • les coutumes, les habitudes, le régime monétaire du pays d’origine de l’acheteur et les réglementations d’importation et d’exportation en vigueur dans chaque pays ;
  • la possibilité d’activer une couverture du risque commercial et/ou politique ;
  • la possibilité de disposer d’informations fiables sur la fiabilité et la solvabilité de la contrepartie ;
  • le secteur du produit, le marché de référence et la relation contractuelle entre le vendeur et l’acheteur ;
  • le volume et l’importance économique des fournitures individuelles ;
  • la distance, le stockage des marchandises et le mode de transport ;
  • la possibilité d’activer des actions de recouvrement de crédits en cas de non-paiement ;
  • la possibilité d’être remplacé par d’autres fournisseurs ;

Il est clair que la vente de biens et/ou de services à des acheteurs étrangers comporte des risques supplémentaires et plus importants que ceux rencontrés dans le pays.
Faire des affaires avec des parties étrangères implique inévitablement une augmentation du risque et de l’incertitude, et c’est pourquoi ce sont souvent les mêmes prix appliqués en dehors des frontières qui augmentent, surtout lorsqu’on opère avec des pays autres que ceux d’Europe occidentale.

Attention toutefois, car il n’est pas rare que de simples chèques bancaires signés par l’acheteur soient acceptés, sachant que même après quelques mois à compter de la négociation et donc du crédit, qui est exécuté non définitivement mais « sous réserve d’achèvement », le chèque bancaire peut être impayé.
Dans ce cas, le vendeur sera raillé en plus du dommage, car la banque serait obligée, malgré elle, de restituer la totalité du montant, préalablement crédité, plus les frais et les commissions impayées.

Cependant, la forme de paiement la plus utilisée dans le commerce international est sans aucun doute l’ouverture d’un crédit documentaire, mais même dans ce cas, des problèmes inattendus peuvent surgir de la part de l’opérateur. En fait, c’est une grave erreur de croire que pour recouvrer le crédit, il suffit d’aller à la banque et de lui remettre les documents pertinents, car il peut arriver que, même si la banque présente les documents à la banque, elle ne soit pas en mesure d’effectuer le paiement après avoir détecté des irrégularités dans les documents et / ou dans leur présentation.

Afin d’éviter ce type de problème, un certain nombre de variables doivent être spécifiées dans l’accord contractuel signé :

  • le moment, c’est-à-dire le moment précis où le paiement de la fourniture sera effectué ;
  • le comment, c’est-à-dire la monnaie de paiement ;
  • le lieu, c’est-à-dire le lieu de paiement ;
  • les établissements bancaires impliqués dans l’opération ;
  • les systèmes de paiement, c’est-à-dire la manière dont le transfert de fonds aura lieu ;
  • la forme technique de paiement qui sera utilisée.

En ce qui concerne le moment, qui reste l’une des variables les plus controversées et les plus discutées, le paiement peut être effectué de trois manières : paiement anticipé, paiement différé et paiement contextuel.

Le paiement anticipé est la condition préférée des vendeurs, car ils n’expédieront les marchandises que lorsque le montant sera définitivement crédité sur leur compte courant.
Dans ce cas, cependant, ce pourrait être l’acheteur qui a des doutes sur l’expédition effective des produits en question mais qui pourrait se protéger en exigeant du vendeur qu’il ouvre un type particulier de garantie : la garantie de paiement anticipé par laquelle la banque s’engage à reconnaître à l’acheteur le montant payé d’avance si les marchandises ne sont pas expédiées.

Le paiement différé est la forme de paiement que les acheteurs considèrent avec plus d’intérêt car il leur permet de recevoir les marchandises commandées avant d’effectuer le paiement avec le vendeur qui assume au contraire tous les risques de non-paiement.
Afin d’atténuer la prise en charge d’un tel risque, selon les circonstances, l’utilisation d’instruments d’assurance et/ou bancaires peut être envisagée comme une forme de protection, au moins partielle.

Le paiement contextuel, également appelé « Cash on delivery« , se matérialise lorsque la fourniture de produits est liée à la réception du paiement, qui doit être structuré par le transfert de la totalité du montant via Swift.

En ce qui concerne le choix de la monnaie de paiement à utiliser, ce qu’il faut toujours garder soigneusement à l’esprit lorsque l’on décide de la monnaie dans laquelle effectuer l’achat ou la vente est ce que l’on appelle le risque de change, c’est-à-dire que si l’on choisit une monnaie différente de celle utilisée dans son propre pays, on risque de percevoir un montant d’argent en monnaie nationale inférieur à celui prévu ou de devoir payer un montant plus élevé que prévu initialement.

Le lieu de paiement peut être :

  • dans le pays du vendeur, c’est-à-dire auprès d’une banque nationale avec laquelle l’exportateur a une relation de compte ;
  • dans le pays de l’acheteur, auprès d’une banque à l’étranger dans le cas, par exemple, de paiements effectués par le biais de circuits électroniques de recouvrement et/ou en utilisant les comptes centralisés de banques italiennes à l’étranger ou, encore, en utilisant leur propre compte courant dans le pays étranger ;
  • dans un autre pays, autre que celui du vendeur et de l’acheteur, dans le cas, par exemple, de crédits documentaires pouvant être utilisés dans des banques étrangères.

Il existe plusieurs systèmes de paiement qui vous permettent de transférer de l’argent rapidement et en toute sécurité d’une banque à l’autre. Parmi les plus utilisés, on peut citer Swift (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications) et Sepa (Single Euro Payments Area).

Swift est un système de paiement international qui permet d’effectuer une multitude d’opérations (exécution de paiements, prise d’engagements, échange d’informations, modalités de déplacement des comptes, etc.), grâce à des clés dites d’authentification qui assurent l’authenticité des opérations, les rendant immédiatement opérationnelles.

La Sepa, en revanche, est une zone couvrant les 28 pays de l’UE plus l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse, qui permet d’effectuer et de recevoir des paiements en euros à l’intérieur ou à l’extérieur du pays dans les mêmes conditions de base que celles convenues dans chaque pays.

Pour que ce système de compensation soit activé, il est obligatoire d’utiliser les coordonnées bancaires fournies par toutes les banques à leurs clients, c’est-à-dire l’IBAN, le numéro de compte bancaire international et le BIC, le code d’identification de la banque.

En conclusion, lors du choix d’un mode de paiement, il est conseillé de mener une réflexion préalable sur la solution la plus appropriée parmi celles qui sont disponibles et, ce n’est qu’après avoir fait cette analyse que vous pourrez choisir entre les deux :

  • virement bancaire (virement ou transmission bancaire rapide ou virement bancaire via Swift) ;
  • la remise de chèques bancaires (chèque ou virement) ;
  • l’encaissement de documents (documents contre paiement ou documents contre acceptation) ;
  • la simple collecte (collecte propre) d’un billet à ordre/lettre de change ou d’un reçu ;
  • le crédit documentaire sans confirmation ou avec confirmation.