Le marché de la coiffure et de la beauté en Europe

Le marché de la coiffure et de la beauté en Europe

Le marché de la coiffure en Europe emploie plus d’un million de personnes qui travaillent dans environ 400 000 salons de coiffure et reçoivent quelque 350 millions de clients potentiels. Les services de coiffure (et de barbier), ainsi que les soins de beauté, forment le secteur des services à la personne.

Le commerce de la coiffure est dominé par de petits établissements. Les salons de coiffure comptent en moyenne moins de trois travailleurs et sont, pour la grande majorité, gérés par des coiffeurs indépendants qui travaillent souvent seuls (sans salariés). La part du travail indépendant dans le marché de la coiffure semble être de deux à dix fois plus élevée que dans l’ensemble de l’économie. Outre la forte augmentation des micro-entreprises gérées par des propriétaires exploitants, on constate une expansion des chaînes et des franchises. Ces deux tendances impliquent une diminution générale des salons de coiffure qui emploient cinq à dix travailleurs.

Les coiffeurs indépendants peuvent travailler dans leur propre salon installé à leur domicile (coiffeurs à domicile ou beauté à domicile) ou dans des locaux commerciaux, mais ils peuvent aussi travailler comme coiffeurs mobiles (visite des clients à leur domicile ou sur leur lieu de travail, dans des maisons de retraite, lors de défilés de mode, de mariages, etc.) ou louer des chaises (ou parfois des chambres) dans des salons appartenant à quelqu’un d’autre. Les loueurs de chaises n’ont pas de contrat de travail avec le salon mais un contrat basé sur les services fournis.

Les deux dernières pratiques, la coiffure mobile et la location de chaises, sont considérées comme étant en pleine expansion dans le marché de la coiffure. Dans certains pays de l’UE, les coiffeurs mobiles représentent jusqu’à 23 % de la main-d’œuvre du secteur. On manque de données sur la prévalence de la pratique de la location de chaises. Elle est assez courante dans certains États membres, comme le Royaume-Uni, mais peu répandue, voire marginale, dans d’autres.

La coiffure est une profession à prédominance féminine, avec plus de 80 % de travailleuses. Beaucoup d’entre elles travaillent à temps partiel et ne restent dans le secteur que pour de courtes périodes. Le marché de la coiffure se caractérise également par une main-d’œuvre jeune. Environ 80 % des recrues ont moins de 26 ans et 56 % ont moins de 19 ans. Dans certains pays de l’UE, la tendance est à une plus grande domination du secteur par les travailleurs migrants.

En général, il existe des différences considérables entre les États membres en matière de salaires, de conditions de travail et de formation. En raison de la taille moyenne plutôt réduite des entreprises de coiffure, leur chiffre d’affaires annuel moyen est comparativement modeste. Les niveaux de rémunération sont généralement inférieurs à la moyenne nationale dans la plupart des pays. Le taux élevé d’activités de coiffure dans l’économie illégale dans certains pays de l’UE entraîne des problèmes importants et une pression à la baisse sur les conditions de travail dans le secteur.

Les personnes travaillant dans le marché de la coiffure ont généralement des qualifications de niveau moyen (niveaux 3 et 4 de la classification internationale type de l’éducation, c’est-à-dire respectivement « enseignement secondaire supérieur » et « enseignement post-secondaire non supérieur ») ( 2 ). Dans certains États membres, des efforts considérables ont été déployés pour améliorer les normes de formation et la qualité des nouveaux arrivants dans la profession.

L’amélioration significative de la convivialité, de la qualité et de la sécurité des produits commercialisés en masse pour un usage domestique, en particulier les produits de coloration, amène le secteur des services à la personne à chercher à être compétitif sur la qualité, à se diversifier et à développer de nouveaux marchés de niche tels que les traitements de santé et de beauté. Le développement de la coiffure exige le respect des normes de qualité les plus élevées, tant pour les clients que pour les travailleurs, et requiert une responsabilité sociale et environnementale.

Pages similaires

Source : Santé et sécurité au travail dans le secteur de la coiffure, Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, 2014